Catch a first glimpse of the city

5 leçons de style pour votre ride en side-car

Célébrez le glamour des balades en side-car avec quelques accessoires de mode. Suivez nos conseils ci-dessous pour un inoubliable ride vintage avec Marrakech Insiders.

 

1. Enfilez une veste de moto

Une bonne veste de moto améliore toutes les tenues ; peu importe qu’il s’agisse d’un jean et d’un t-shirt, d’une robe de soirée ou d’une tenue de sport. Le cuir noir est un bon classique mais vous pouvez faire mieux. Couleurs, imprimés, broderies, vous avez l’embarras du choix ! La Galerie Birkemeyer ou la Place Vendôme à Gueliz ainsi que les maroquiniers de la Médina ont tout ce qu’il vous faut.

 

2. Emportez votre tote bag (cabas) « Marrakech Insiders »

Quiconque a beaucoup voyagé connaît l’importance d’un bon cabas increvable. Voici votre nouveau compagnon de voyage, notre tote bag Marrakech Insiders conçu et produit avec soin par notre équipe. Avec sa touche marocaine et son tissu épais, c’est le sac indispensable pour votre balade en side-car et votre séjour à Marrakech. Ajoutez-le maintenant lors de votre réservation ou demandez-le nous tout simplement.

 

 

3. Portez toujours des lunettes de soleil

Au Maroc, le soleil brille quelle que soit la saison de l’année. Confortablement caché derrière vos lunettes de soleil, étanchez, en toute discretion, votre curiosité en naviguant dans les ruelles de la medina. Et cerise sur le gâteau, les lunettes de soleil vont donne tout de suite bonne mine.

 

4. Nouez un foulard comme une star

Immortalisé par Audrey Hepburn, adopté sur tous les podiums, le foulard de tête ou le foulard de cou sont des incontournables lorsqu’il s’agit de faire un balade vintage. Il y a 80 ans né le foulard en sergé de soie de la maison Hermès. Découvrez toutes leurs astuces pour nouer votre foulard de façon élégante et innovante. A l’inverse d’Isadora Duncan, portez un foulard court lors de votre ride.

 

nouer-foulard-soie-hermes

5. Attachez des goggles sur votre casque vintage

Votre tenue n’est pas complète sans ce dernier accessoire qui vient la sublime. Nos casques, en plus d’être très cool, sont absolument obligatoire pour des raisons de sécurité. Apportez-leurs une dernière touche d’élégance avec des goggles vintage, inspirées des motards américains des années 60, à mettre sur le dessus de votre casque.

De Dar Nakhil à Casa Gyla, un trésor caché dans la Palmeraie

Aujourd’hui, nous laissons la parole à Amine, maître des lieux de la Casa Gyla, pour nous en dire un peu plus sur ce lieu magique et chargé d’histoire…

 

Marrakech Insiders - Casa Gyla - Dar Nakil - trésor caché

 

Dar Nakhil (la maison du palmier en arabe) a été conçue et construite en 1968 par Jacqueline Foissac et son amant le peintre espagnol, Alejandro Reino. Elle était en quelque sorte leur petit nid d’amour à l’abris des regards indiscrets. Elle faisait partie des premières villas de la Palmeraie, alors qu’il n’y avait pas encore d’accès à l’électricité.

 

Jacqueline Foissac est une célèbre designer et pionnière dans son domaine, c’est elle qui remit au goût du jour l’architecture en terre (le pisé) dans les constructions modernes. Et l’architecture de la maison est justement ce qui lui donne tout son charme.

Une architecture marocaine, sobre, simple et authentique où chaque élément se suffit à lui-même, comme les portes en bois gravées du 17ème siècle qui ornent le hall principal. Jacqueline et Alejandro ont même dessiné les plans de la piscine et l’ont entouré de cyprès de l’Atlas pour profiter en toute tranquillité de leurs bains de minuits.

Suite à sa rupture avec Alejandro, Jacqueline quitte Marrakech en 1976 pour se réfugier en Grèce. C’est alors que mon père tombe sous le charme de cette maison. Il part la retrouver à Athènes et quelques semaines plus tard, il en devient l’heureux propriétaire, avec tout ce qu’elle contient. Chargé en souvenirs douloureux, Jacqueline avouera à mon père ne plus jamais vouloir y remettre les pieds.

Le coffre-fort de sa chambre est à ce jour encore fermé ! Mon père était amoureux de cette maison, il entreprit de nombreux travaux et chargea Bill Wyllis de la rénovation et des extensions. Célèbre architecte de la maison d’Yves Saint-Laurent, c’est à lui que revient le hammam chauffé au feu de bois, la maison des invités ou encore la rénovation de la cheminée.

 

Pour ma part, j’ai un rapport quasi charnel avec cette maison. J’y ai laissé mes plus beaux souvenirs d’enfance, natif de Casablanca, c’était l’endroit où on s’échappait pendant les vacances, où on vivait, tout simplement… On était libre de faire les fous sur cette étendue infinie de la Palmeraie, mon dieu c’était féérique !

Au décès de mon père en 1995, j’ai hérité de la maison, un rêve de gosse ! Mais j’étais jeune et j’avais des envies d’ailleurs… Restée quasiment abandonnée pendant plusieurs années, je reviens au Maroc en juin 2016 où je décide de m’y installer. J’entreprends dès lors des travaux de rénovation et en fait Casa Gyla, une maison d’hôte discrète Aujourd’hui, il me reste encore beaucoup à faire, mais je me suis fait une promesse : faire perdurer l’âme de cette maison à travers le temps et je compte bien y arriver !

 

Marrakech Insiders - Casa Gyla - Dar Nakil - trésor caché

 

N’hésitez pas et poussez les portes de la Casa Gyla, lors de votre prochain séjour Marrakech a encore des choses à vous faire découvrir!

 

Marrakech Insiders, le meilleur moyen de visiter Marrakech

Vous prendrez bien un petit verre de thé beldi ?

Qui n’a jamais bu le fameux « nuss nuss » (moitié café, moitié lait) ou le traditionnel thé à la menthe dans un de ces petits verres à la forme géométrique si particulière ? Et qui ne l’a jamais délicatement ramené dans sa valise comme le souvenir à ne pas manquer ? Marrakech Insiders vous dit tout sur le verre de thé beldi…

 

Marrakech Insiders - Le verre Beldi

 

Produit 100% marocain fabriqué depuis les années 1940, il est l’emblème de l’artisanat marocain, même s’il a bien failli disparaître. En juin 2013, la dernière usine de verrerie du pays (Sover à Aïn Sebaa – Casablanca) ferme ses portes. En cause, un surendettement et une concurrence chinoise de plus en plus rude. Mais le groupe beldi, attaché à cet objet et à son savoir-faire inégalé et hérité de père en fils comme à la prunelle de ses yeux, décide de redémarrer l’activité et délocalise la fabrique au sein du Beldi Country Club, un boutique-hôtel à Marrakech. Disparu pendant presque un an, le verre beldi renaît alors de ses cendres et retrouve fièrement sa place sur les étals de l’artisanat marocain.

 

Marrakech Insiders - Le verre Beldi

 

Fabriqué en verre soufflé recyclé, le procédé de fabrication du verre beldi demande un réel savoir-faire. Aujourd’hui la production journalière de l’atelier est d’environ 8.000 pièces, principalement destinées à la vente en gros et à l’export. Original, esthétique et surtout écologique, il est fabriqué à partir de différents débris de verres plat et de bouteille. La matière première est fondue dans un four à 1.600 degrés jusqu’à l’obtention d’une pâte orange. Les verres sont ensuite soufflés à la bouche, puis coupés de manière artisanale à la flamme d’oxygène et de gaz. Les débris repartent à la fusion, tandis que les verres sont à nouveau placés dans un four de recuite pendant trois heures avant d’être lavés et acheminés au lieu de stockage.

La nouvelle usine a sauvé cet objet encré dans la culture marocaine, mais lui a également donné un nouveau souffle en le modernisant et en le déclinant. On le retrouve désormais sous plusieurs formes : bols, vases, saladiers, carafes, photophores, etc. Il y en a pour tous les goûts !

 

Donc si vous êtes à la recherche d’un lieu à visiter, à la fois typique et atypique, d’un cadeau à faire, d’un souvenir à ramener ou si vous êtes tout simplement en mal d’inspiration sur que voir à Marrakech, n’hésitez pas à vous rendre à la fabrique et au showroom au Beldi Country Club sur la route du barrage… On parie que vous ne repartirez pas les mains vides.

 

Où trouver le verre beldi ?

  • Showroom Beldi Country Club, km6, route du barrage.
  • Souk des créateurs (en dessous de la terrasse des épices), Médina
  • Quartier artisanale de Sidi Ghanem

 

Marrakech insiders, le meilleur moyen de visiter Marrakech

La Villa Addi ou Addi, une grande dame de la Palmeraie

C’est avec murmure que nous vous chuchotons un endroit insolite Marrakech abrite depuis les années 20 dans sa belle Palmeraie. Mais qui crut que notre ville ocre comptait un lieu aussi majestueux ?

Addi ou Addi c’est un jardin flamboyant de six hectares, une faune et flore d’exception, des arbres centenaires, quatre milles arbustes, en somme c’est un domaine envoûtant qui ne laisse personne indifférent.

 

Marrakech Insiders - Villa Addi ou Addi

 

Villa historique, elle se traduit par celui-ci ou celui-là, certainement pour vous laisser le choix ou pour raconter de manière énigmatique l’histoire de celle où un grand nombre de personnalités ont séjourné comme Winston Churchill, la Reine Marie de Roumanie, le couturier Balmain, ou encore le peintre Jacques Majorelle et tant d’autres. Construite en 1927, la plus belle villa de Marrakech à nos yeux parait être le mirage marocain des années 30 restée gravée dans le temps. La réalisation de ses murs de stucs, de zelliges, et ses plafonds en cèdre peints sont le fruit de Paul Sinoir et des plus grands artistes fassis et marrakchis. La beauté de la villa en a fait profiter son créateur en participant à l’édification de la villa-atelier du peintre Jacques Majorelle, et travailla son savoir-faire pour bâtir la fascinante Villa Taylor, sujet d’un suivant article. Paul Sinoir, architecte de profession et artiste de finesse d’esprit a choisi d’agencer ce petit paradis suivant un grand patio de 150m2, par lequel la maison offre de sublime chambres privatives, accompagnées d’un salon, d’une grande salle de bain et d’une vue sur jardin. La première demeure de la Palmeraie abrite une piscine, qui avec un îlot central abritant un palmier surprend par sa géométrie inspirante. On dit même qu’elle fût reprise par l’hôtel star de Marrakech : La Mamounia.

La villa Addi ou Addi a beau être unique, splendide et intemporelle, elle n’en demeure pas moins généreuse, ouverte et accueillante. On peut y organiser de grandes réceptions, comme des fêtes d’anniversaire, des mariages… Vous y rendre est déjà magique, alors s’y marier, nous vous laissons imaginer… Allez-y de notre part, mais pas tous à la fois !

Découvrez un Maroc insolite avec Marrakech Insiders

Dar Kawa, by V. Barkowski, portrait d’une passionnée

Il y a de ces rencontres qui marquent les cœurs et les esprits, et qui nous invitent à découvrir et à vivre un Marrakech authentique. Ce sont justement ces rencontres qui font la philosophie de Marrakech Insiders et c’est pourquoi nous avons décidé de vous faire découvrir le portrait d’une passionnée, Valérie Barkowski, installée à Marrakech depuis une vingtaine d’années. D’histoires en anecdotes elle nous livre sa vision de la Ville ocre, elle nous raconte son Marrakech, un Marrakech aussi drôle qu’étonnant …

 

Marrakech Insiders - Dar Kawa

 

Quelle est votre histoire avec Marrakech et avec la Médina ?

J’ai découvert la médina de Marrakech en 1991, un soir. Nous allions dîner à Dar Yacout, je n’étais jamais venue au Maroc. En rentrant dans le restaurant l’on m’a tout de suite fait monter sur la terrasse et j’ai été éblouie par ce « spectacle ». La médina n’avait pas encore subi de nombreuses constructions « pirates » et l’on voyait une mosaïque de patios, des puits de lumière. Tout cela sous la pleine lune, c’était magnifique.

Les jours suivants j’ai arpenté les souks, fascinée par les artisans… Suite à mon premier voyage j’avais eu un vrai choc et je m’étais dit qu’un jour… J’y habiterais. Ce jour est arrivé 5 ans plus tard, en 1996.

 

Quelle est l’histoire de Dar Kawa ?

Dar Kawa est une ancienne zaouïa. Elle date du début du 17ème siècle. Achetée par défaut… J’ai visité plus de 300 maisons, je cherchais quelque chose de plus grand, j’avais l’impression que Dar Kawa était trop petite mais ai trouvé l’architecture intéressante. La maison était en ruine. Nous pensions la refaire et trouver une maison plus grande… Mais finalement elle est toujours là. J’aime cette maison, je la connais par cœur. Elle se métamorphose au fil des années, je change des choses, je la rénove, l’améliore,… Posséder un riad c’est un peu comme posséder un vieux yacht en bois, il y à tout le temps des travaux à faire…

 

Vous avez lancé votre propre marque, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Ma marque est née peu après mon arrivée à Marrakech. J’ai d’abord ouvert une fondation et très vite il m’a fallu trouver des fonds, ma marque est née comme cela. J’ai commencé par des accessoires de mode sous la marque Mia Zia, marque que j’ai cédée 10 ans après l’avoir créée en 1997. J’ai gardé ma marque de linge de maison V.Barkowski. Je travaille la broderie et je peux dire avoir été la première à Marrakech. Il y a 20 ans on ne trouvait pas de brodeuses, les femmes achetaient des produits imprimés ou brodés à la machine. Il a fallu beaucoup de temps et de patience pour aboutir à une première collection, 3 ans. J’ai eu plusieurs centaines de brodeuses, des boutiques un peu partout dans le monde mais j’ai compris que cela compromettait trop le « style de vie » que j’avais envie d’avoir et aussi que je n’étais pas faite pour gérer une « énorme » entreprise, ce en plus dans un pays dont la culture m’est étrangère. Alors je me suis arrêtée pendant 10 ans. Et c’est suite à de nombreuses demandes d’anciens clients que j’ai décidé de recommencer. J’ai repris mes collections, les modèles intemporels que j’avais créées et qui sont toujours demandés. Le concept est donc de travailler avec des savoir-faire ancestraux sur des collections intemporelles. V.Barkowski c’est du linge de maison et un peu d’accessoires de mode.

 

Et votre blog, une passion pour vous ?

Le site www.valeriebarkowski.com est comme un « journal », comme mes « archives ». J’y consigne principalement mon travail. Le blog sur le site www.darkawa.net c’est notre façon de partager la vie à Dar Kawa et à Marrakech. Pour les gens qui sont déjà venus et qui aiment rester en contact avec nous, suivre ce qui se passe à Dar Kawa. Et aussi pour les gens qui ne nous connaissent pas…

 

Votre meilleure anecdote sur la Médina et sur votre quartier ?

Ce que j’aime dans notre quartier c’est qu’il est resté authentique. Il y a encore un four, un hammam. Les petits « hanouts », le barbier,… J’aime la vie locale. Un jour, j’avais donné rendez-vous à un artisan. Nous nous étions dit « mercredi à 10h ». Je suis allée au rendez-vous et ai attendu longtemps, personne n’est venu. 2 mois plus tard, l’artisan vient me voir et je lui dis que nous avions rendez-vous il y a 2 mois. Il m’a répondu, oui, mercredi à 10h mais nous n’avions pas dit quel mercredi. Il était là un mercredi à 10h 2 mois plus tard. Ce qui pour moi résume le mieux ce que j’aime au Maroc c’est Tahir Shah qui l’a écrit dans « Le Café Mabrouk ».

 

Finalement, pouvez-vous nous raconter votre histoire avec les sidecars en Russie ?

C’est en cherchant des meubles pour aménager une datcha que je suis rentrée dans un grand magasin. Ils y vendaient des casseroles, des jouets, des appareils photos, des bottes, des tracteurs et des sidecars… Un mélange plus qu’improbable. C’était en 1993. Les sidecars Dnepr ont le même look que les vôtres, avec ce côté rétro irrésistible. Ils étaient neufs et coûtaient 200 ou 300 dollars pièce. Je n’ai pu résister… Je les ai achetés tous les 2.

 

Découvrez un Maroc insolite avec Marrakech Insiders

Recontrez Félix, notre chef insider à Marrakech

Notre valeur ajoutée chez Insiders Experience, ce sont nos insiders, notre nom était dès lors tout trouvé ! Selon Google, un insider est « une personne au sein d’un groupe ou d’une organisation, qui a accès à des informations non disponibles pour les autres » et nous sommes plutôt d’accord avec cette définition : Nos insiders connaissent la ville sur le bout des doigts, ses anecdotes et histoires, et ont pour passion de vous faire découvrir, autrement, que voir à Marrakech.

Nous avons rencontré Félix Mathivet, responsable des Insiders à Marrakech, il fait partie de l’aventure depuis 2011. Il a rejoint Insiders en Chine, s’est fait la main à Shangai puis est parti ouvrir une nouvelle destination à X’ian au centre de la Chine. Il a ensuite déménagé avec sa femme Panda à Guilin, au Sud de la Chine, pour ouvrir une nouvelle antenne de Insiders, en partenariat avec le Club Med. Il a pris quelques minutes pour répondre à nos questions et on le remercie :

 

 

Quand et Pourquoi avoir décidé de s’installer au Maroc ?

 

Je suis ici depuis deux ans maintenant. J’avais toujours secrètement rêvé de venir m’installer dans la ville ocre, donc quand l’opportunité s’est présentée, j’ai sauté dessus et je ne regrette pas une minute depuis le début de cette nouvelle aventure.

 

 

Quelle est ton histoire avec les sidecars ?

 

Je suis tombé amoureux des sidecars en Chine. Un jour, je suis tombé sur une de ces machines vintage toute rouillée et je me suis directement mis en tête d’en acquérir une. Les sidecars sont les véhicules idéaux pour tous types de situation, du safari à une virée shopping. Mais ce qui les rend si particulier à mes yeux, c’est que je peux emmener ma famille et partager avec elle chaque jour cette merveilleuse expérience.

 

 

Quelle comparaison peux-tu faire entre la Chine et le Maroc ?

 

Beaucoup ! Mais en particulier, cet amour et cette attention que les gens portent aux enfants : En France, aller au restaurant avec ses enfants peut parfois sembler inapproprié, on sent que l’on dérange… Ici ou en Chine, c’est tout l’inverse, on est accueilli les bras ouverts !

 

 

Qu’est-ce que tu aimes le plus à Marrakech ?

 

Difficile de me contenter d’une seule chose, donc voilà une petite sélection de mes coups de cœur, sans ordre particulier : la lumière, la diversité des paysages dans un périmètre de 50kms, l’appel à la prière, l’odeur des épices, les véhicules vintage que l’on croise partout, et ce sentiment omniprésent d’être toujours le bienvenu !

 

 

Quels sont les endroits que tu aimes explorer ?

 

Les montagnes de l’Atlas. Une des plus grandes aires de jeux en Afrique du Nord, avec ses pics enneigés, ses canyons déserts, ses habitants, berbères pour la plupart et son histoire qui précède la civilisation européenne.

 

 

Y-a-t-il des endroits que tu as découvert par hasard ?

 

Oui ! Une école coranique datant du 16ème siècle dans un village non loin de Marrakech. Aujourd’hui, elle n’est plus une école, mais elle est toujours habitée par les descendants du saint fondateur. En passant par là un jour, j’admirais le bâtiment quand le propriétaire actuel m’invita à prendre le thé. Il me raconta l’histoire de ce bâtiment et de sa famille, séduit par cet endroit magique, j’ai tout de suite eu envie de le faire découvrir à d’autres.

 

 

Ta meilleure anecdote sur Marrakech ?

 

Attention aux Djinns, ces créatures qui vivent dans un monde parallèle au nôtre. Beaucoup de superstitions locales tournent autour des Djinns et de comment rester en paix et éloignés d’eux. Ils habitent sous terre et il faut faire attention de ne pas les énerver, mieux vaut donc ne jamais verser d’eau bouillante dans le lavabo. On dit aussi que lorsque les djinns veulent venir dans notre monde, ils prennent l’apparence d’un chat. Voilà pourquoi ces animaux sont aimés et toujours respectés ici au Maroc.

 

 

 

Envie de rencontrer Felix, une chose à faire, réserver un tour avec nous et demander à avoir Felix comme insider !

 

En 2016, nous avons invité l’équipe de www.wovenfilms.co.uk/ au Maroc pour réaliser un portrait de Félix, ils ont même composé la musique eux-mêmes tant ils ont aimé l’expérience !

 

 

Marrakech Insiders, le meilleur moyen de visiter Marrakech

Latitude 31, un gastro marocain au cœur de la Médina

Voilà une adresse à noter lors votre prochaine escapade à Marrakech : Latitude 31, un gastro marocain au cœur de la médina, à deux pas de Bab Doukala. Testé et approuvé par nos soins, nous vous emmenons à la découverte de ce bon plan Marrakech Insiders, parce qu’il faut bien le dire, un tel endroit gagne à être connu.

 

Marrakech Insiders - Latitude 31

 

A la fois confidentiel et chaleureux, vous serez surpris comme nous l’avons été par son entrée discrète, sa jolie cour intérieure parée de carreaux de ciments et son atmosphère d’ici et d’ailleurs. En prime, un accueil aimable et souriant vous fera sentir comme à la maison. Coté carte, on y trouve une belle gamme de plats issus de la gastronomie marocaine joliment balancés de saveurs internationales et depuis peu de quelques suggestions végétariennes.

 

Notre coup de cœur : une sélection raffinée de salades marocaines contemporaines en entrée, suivie d’un succulent tagine Madarebale, du poulet aux tomates caramélisées accompagné de pommes de terre au miel et au thym, et comme note sucrée, un surprenant duo de crèmes brûlées délicatement parfumées à l’amlou et à la cardamome. Pour ceux qui préféreraient s’en tenir aux saveurs internationales, nous avons aussi testé le filet de bœuf, pommes fondantes et petits légumes de saison ou encore les ravioles d’épinard, fromage, tomate séchée et sa sauce aux cèpes du moyen-atlas pour les végétariens. Le petit plus : l’amuse-bouche offert par la maison. On sait, nous aussi on en a l’eau à la bouche.

 

Marrakech Insiders - Latitude 31

 

Une douce soirée gourmande qui assurément vaut le détour et pour laquelle il vous faudra prévoir un peu plus de 300DH par personne (entrée-plat-dessert). Pour l’instant le resto n’est ouvert que pour le dîner (fermé le dimanche) mais notre petit doigt nous dit que cela ne saurait durer. Stay Tuned !

186, Rue El Gza
Arset lhiri Bab Doukkala
40 000 Marrakech
+212(0) 5 24 38 49 34
+212(0) 6 61 17 94 17
http://www.latitude31marrakech.com/fr/

Marrakech Insiders, le nouveau bon plan à Marrakech

Notre aventure marocaine sur trois roues avec le Figaro Magazine

Certains d’entre vous le savent déjà, Insiders Experience débute son aventure en 2008 à Shanghai en Chine (où nous faisons toujours de supers tours, n’hésitez pas à aller jeter un œil !) alors que les Jeux Olympiques se terminent et que la ville est en effervescence, préparant l’Exposition universelle de 2010.

 

Marrakech Insiders - Le figaro

 

Eric Martin, un photographe français qui collabore souvent avec le Figaro Magazine, nous contacte alors qu’il prépare un papier sur Shanghai et qu’il souhaite inclure nos aventures sur trois roues. Nous avons passé un super moment ensemble, et ce fût même le début d’une belle relation d’amitié. Eric est retourné plusieurs fois en Chine et nous sommes toujours restés en contact. A l’automne 2016, il nous contacte car il prépare un séjour à Pékin et se demande si quelqu’un de l’équipe est sur place. Répondant par la négative, nous lui expliquons que nous sommes actuellement dans la ville Ocre, où Insiders Experience est implanté depuis 2015. Nous l’invitons à nous rejoindre pour une excursion de Marrakech, à la découverte d’une facette différente de la ville et de ses alentours dont nous sommes tombés amoureux et qui est finalement peu connue des gens et peu couverte par les médias.

 

Marrakech Insiders - Le figaro

 

Il ne nous en a pas fallu plus pour le convaincre, et voilà que seulement quelques semaines plus tard, il nous rejoint avec Clara Geliot, journaliste au Figaro Magazine. Et s’est peu dire que nous nous sommes éclatés ! Les hôtels où nous sommes descendus, Scarabeo CampKasbah Bab OUrikaBeldi Country Club or The Royal Mansour nous ont tous offerts leur meilleur des accueils et dans les règles de l’art, s’il vous plait ! Petite mention spéciale pour Daniel Penet de Ciel d’Afrique, qui a, avec ses ballons, parcouru quelques sérieux kilomètres pour rendre cette belle aventure encore plus extraordinaire.

 

La magie de Marrakech et du Maroc en général est la diversité des paysages : une médina à couper le souffle, une vie nocturne trépidante, le désert d’Agafay, à moins d’une heure de route, les montagnes de l’Atlas, où il est même possible de skier, l’océan Atlantique ou encore le désert du Sahara atteignables en moins d’une journée !

 

Marrakech Insiders - Le figaro

 

Un conseil si vous êtes en mal d’aventures et que vous avez envie de vivre une expérience hors du commun à la découverte d’un Maroc véritable : réserver un tour avec nous ou une expédition comme celle du Figaro, ou même plus longue (Si, si, tout est possible avec Marrakech Insiders) ! On se perd, on va à droite quand tout le monde va à gauche, et on s’arrête dans des endroits reculés, sans un touriste à l’horizon. Le Maroc est un pays merveilleux à tous niveaux, et on espère avoir réussi à y transmettre notre passion et notre amour à travers les quelques pages consacrées à Marrakech Insiders dans le Figaro Magazine.

 

Si vous n’avez pas encore eu le temps ou l’opportunité de découvrir notre aventure marocaine sur trois roues avec le figaro, c’est par ici !

 

Découvrez que faire à Marrakech, avec Marrakech Insiders

Dar El Sadaka, une maison pas comme les autres

C’est toujours un plaisir de rencontrer une personne qui a du succès mais qui a su rester humble et passionné par ce qu’il fait. C’est le cas de Jean-François Fourtou, artiste français globe-trotter qui a décidé de faire de Marrakech sa maison il y a bientôt 20 ans.

 

Jean-François vous accueille avec un café dans sa villa « ruche » construite pour ses parents et qui vous emmène dans un autre univers et impose le tutoiement avec un sourire, héritage de ses années passées en Espagne ou le vouvoiement n’est pas commun.

 

Son univers, c’est Dar El Sadaka dans la Palmeraie, un terrain de 11 hectares sur lequel il expérimente depuis des années, une maison à l’envers qui se visite basée sur sa mémoire de la maison de ses grands-parents, une maison géante ou la taille de tous les objets a été multipliée par deux pour vous faire (re)découvrir une maison à travers les yeux d’un enfant de 4 ans. Jean-François est un challenger qui aime pousser à la réflexion et jouer avec les sens.

 

Marrakech Insiders - Villa Dar El Sadaka

 

Las de voir des gens frapper au portail pour demander à voir la maison à l’envers ou la maison de géant, Jean-François et avec Philippe Forestier, son compère, directeur du lieu et artiste de la lumière, décident de proposer une vraie expérience de leur créativité. On peut donc organiser un diner de géant ou les dindes remplacent les poulets, les magnums remplacent les bouteilles et où même les frites sont géantes.

 

On peut aussi vivre un cocktail sous un arbre illuminé de 1,000 bougies (allez-y, comptez-les) servi sur une table en miroir. Vous voulez un repas ou tous les mets sont noirs ? Pas de problème ! Un cocktail devant la maison à l’envers où tout est retourné ? Mais certainement ! C’est un peu Lewis Carroll qui rencontre Tim Burton cet endroit, on tombe sur une voiturette de golf perchée sur un poteau à 5 mètres de hauteur au détour d’un sentier avant de sursauter face à une fourmi ou une abeille qui est aussi grande que votre bras.

 

Dar El Sadaka, c’est un de ces lieux magiques et inattendus qui font que Marrakech est Marrakech, et surtout qui font de Marrakech un Marrakech insolite. Il faut juste savoir quelle porte pousser pour basculer dans un univers surprenant. Allez-y de notre part et pensez à bien suivre le lapin blanc !

 

 

Découvrez un Maroc insolite avec Marrakech Insiders

Thé Marocain ou whisky marocain, un délice gustatif

Au Maroc, si vous êtes invités chez quelqu’un, vous avez 100% de chance d’être reçu avec un verre de thé à la menthe chaud et bien sucré ! Le thé est en effet un symbole de l’hospitalité marocaine, de la tradition et de la culture populaire.

 

Il y a plusieurs rumeurs et anecdotes sur la façon dont le thé a trouvé son chemin vers le Royaume. L’une d’elle dit que les feuilles de thé faisaient partie d’un sachet que la Reine britannique Elisabeth 1er aurait envoyé, à la fin du XVIIe siècle, au Sultan marocain pour le remercier d’avoir libéré les Européens de leur captivité. La seconde, quant à elle, se passe pendant la guerre de Crimée, au milieu du 19ème siècle, un homme d’affaires n’ayant pas réussi à vendre son thé dans les pays baltes aurait choisi le Maroc comme pays de substitution. Enfin, une autre source explique que le thé aurait été importé au Maroc par les Phéniciens.

 

Que ces spéculations soient justes ou non, le Whisky marocain (comme les gens aiment l’appeler ici !) reste délicieux. Savourer un thé marocain reste sans doute l’une des principales choses à faire à Marrakech

Dans certaines régions, comme le Sahara, les habitants préparent généralement leur thé avec des feuilles de safran ou des dattes. En hiver, certains marocains remplacent la menthe par du thym afin d’en tirer des vertus thérapeutiques et d’affronter les jours froids.

La préparation du thé est un rituel culturel où chaque étape fait sens et où il est essentiel de suivre le procédé de manière rigoureuse pour en tirer le meilleur goût.

Vous êtes prêts ? C’est parti… Après avoir fait bouillir l’eau, lavez les feuilles de thé. Ajoutez un verre à thé rempli d’eau très chaude dans la théière. Laissez-le une minute, puis remuez-le pour laver les feuilles. Versez le liquide flou. Ensuite, préparez votre menthe (ou d’autres herbes). Remplissez la théière avec de l’eau bouillante et mettez-la à feu doux ou moyen. Après quelques minutes, mettez délicatement la menthe dans la théière puis ajoutez le sucre. Laisser le feu pendant deux minutes, jusqu’à ce que le liquide devienne mousseux et pétillant. Et voilà ! Versez-le dans un verre, répétez le processus 3 à 4 fois ; Cela peut être fait dans la cuisine, généralement avant l’arrivée des invités. La dernière étape consiste à servir le whisky marocain à la façon « berradman » (en levant la théière pour incorporer de l’air et provoquer des bulles lors du service). Gardez à l’esprit que le thé marocain est assez intense, car tous les ingrédients sont ajoutés avec une main lourde, particulièrement le sucre !

Envie de déguster un thé traditionnel ? Demandez à votre insider, il vous emmènera dans son café préféré !

Découvrez que faire à Marrakech, avec Marrakech Insiders